L'année dernière, j'étais allé voir pour la première fois un film en 3D HFR, c'est-à-dire que chaque œil reçoit des images à une fréquence double de la fréquence habituelle du cinéma, c'est-à-dire 48 images par seconde au lieu de 24.

J'ai peu apprécié les les premières scènes présentant des mouvements de caméra brusques, et des plans de durée extrêmement courtes. J'ai eu la sensation de voir le film en accéléré, comme on peut en avoir l'expérience dans les rayons TV des magasins devant des écrans "200Hz". Puis J'ai été un peu perturbé par la propreté des habits des acteurs, notamment lorsqu'ils rampaient contre la paroi des montagnes. A partir de la moitié du film, j'ai commencé à avoir mal à la tête, chose qui ne m'était encore jamais arrivée avec de précédents films en 3D.

Cet article de Gizmodo donne des éléments de compréhension des limites du procédé HFR.